Accueil Articles L'indépendance de l'Inde en 1947
L'indépendance de l'Inde en 1947 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Xavier   
Jeudi, 15 Mars 2012 00:00

Gandhi_107x115Voilà quelque temps, je lisais le livre de D. Lapierre et L. Collins, "Cette nuit la liberté" qui racontait l'histoire de l'indépendance de l'inde. Ce livre m'a donné l'envie d'écrire cet article, une façon pour moi d'approfondir cette période d'histoire de l'Inde qui a laissé des traces indélébiles dans la mémoire collective indienne. Pour ce résumé, je me suis basé essentiellement sur deux ouvrages : 'Inde" de Gallimard et "Une histoire de l'Inde" d'Eric Paul Meyer.

Les marchands européens en Inde

En 1498, Vasco de Gama accoste à Calicut dans le Kerala après avoir contourné le cap de Bonne-Espérance. Les Portugais établissent une colonie à Goa, principalement pour le commerce des épices.

Au XVIIème siècle, plusieurs pays européens (Angleterre, France, Pays-Bas,...) fondent leur propre Compagnie des Indes pour commercer de manière pacifique, attirés par la soie, le coton et l'indigo des Indes. Le paiement s'effectue essentiellement en or et argent. Les Anglais s'implantent à Calcutta, les Français à Pondichery. A cette époque, la dynastie Moghols exerce un pouvoir centralisé sur une majeure partie des Indes (hormis l'extrême sud et le territoire englobant Bombay et Goa tenu par les Marathes).

A partir de 1707, l'empire moghol se désagrège pour laisser la place à de petits royaumes régionaux de nature variée. Succèdent une invasion de Delhi en 1739 accompagné d'un massacre de la population, puis la défaite des Marathes en 1761 face aux armées afghanes. Face à la fragilité du pouvoir, Les Européens recrutent des mercenaires pour défendre leurs intérêts, forgent leur propre alliance et s'impliquent dans l'administration de plusieurs états indiens. Les rapports entre les Anglais et les Français s'enveniment et au final  ils finissent par s'affronter. Les Anglais vainqueurs, concèdent quelques enclaves aux Français alors que les Hollandais préfèrent s'implanter en Indonésie.

Il ne faut pas perdre de vue qu'à cette époque, le commerce avec les Européens ne représentent qu'une part infime du commerce indien.

 

La colonisation britannique (Raj)

En 1764, les Britanniques prennent le contrôle du Bengale suite aux batailles de Plassey (1757) et Baksar (1764) face à une coalition de forces indiennes. Ils ont désormais accès aux revenus du Bengale ce qui leur permet de payer leurs achats directement en or et argent bengali.

A partir de cette époque, doté d'une armée efficace, l'expansion britannique n'a de cesse soit par des opérations militaires, des pressions sur les principaux princes ou par de simples annexions jusqu'à englober un vaste territoire d'un seul tenant. Certains états sont gérés directement par les Anglais, d'autres laissés aux pouvoirs de princes indiens fidèles. Le pouvoir administratif exercé par les Britanniques est bureaucratique, anonyme laissant aux Indiens la charge d'appliquer les mesures.

Avec l'industrialisation de la Grande-Bretagne, le textile britannique élaboré à partir du coton indien concurrence le textile indien confectionné au métier à tisser. Pour écouler les produits manufacturés, les moyens de transport (routes, fluvial et rail) sont développés, mais cette inondation de produits britanniques a pour conséquence de ruiner une partie de la population. Parallèlement, des avancées sociales sont introduites ainsi que des tentatives d'abolir certaines coutumes comme l'immolation des veuves. Cependant après la défaite contre l'Afghanistan et suite aux comportements des nouveaux officiers britanniques qui bafouent les traditions indiennes, le malaise s'étend dans l'armée composée en majorité des cipayes (soldats indiens).

En 1857, c'est dans ce contexte que se produit la révolte des cipayes qui sera déclenchée sur une rumeur concernant des cartouches lubrifiées à la graisse de vache et de porc que les cipayes devaient mordre avant de les glisser dans leurs fusils. Ce soulèvement devait durer un an et demi et être brutalement réprimé. Si beaucoup d'Indiens se soulevèrent, de nombreuses communautés et états restèrent neutres alors que d'autres se joignirent aux Britanniques.

Cet échec eut comme conséquence une prise de conscience politique par les Indiens et le changement radical de gouvernance des Indes, le remplacement de la Compagnie des Indes par un vice-roi rattaché à La Couronne britannique en 1858. La nouvelle politique mise en place se résume à cette maxime : "diviser pour régner".

 

CarteInde1939

 

Les acteurs de l'indépendance

Mohandas Karamchand Gandhi (1869-1948)

Gandhi_155x200Issu d'une famille hindoue de la caste des commerçants, Gandhi fut marié à l'âge de treize ans à une fillette analphabète. En 1888, Gandhi est envoyé en Angleterre pour étudier afin de succéder à son père comme premier ministre d'une petite principauté au nord de Bombay. A Londres, Il devint avocat malgré sa timidité maladive et son malaise dans ce milieu sophistiqué du barreau londonien. Son retour en Inde fut un échec, incapable de plaider à cause de sa timidité. Aussi il partit en Afrique du Sud pour le procès d'un parent éloigné. Dans un train, confronté personnellement à la ségrégation raciale, il décida de mener la lutte contre l'injustice raciale. C'est durant cette lutte qu'il expérimenta la non-violence et la désobéissance civile qui lui valu de nombreux emprisonnements. Alors qu'il était prospère, il fit aussi voeux de renoncer à tous les biens matériels pour mener une vie d'ascète. En 1915, après un séjour de 21 ans en Afrique du Sud, il retourna en Inde alors qu'il avait quarante-quatre ans pour mener la lutte pour l'indépendance de l'Inde. Menant une vie d'ascète, filant le coton, toujours au contact des plus démunis, il alterna persuasions, jeûnes, campagnes de désobéissance civile, actions non-violentes. Il fut l'un des interlocuteurs incontournables de l'indépendance. Rejetant la partition, il ne put s'y opposer, mais par sa présence à Calcutta il évita les massacres d'ampleur comme ceux qui ont eu lieu au Penjab. En 1948, il fut assassiné par une extrémiste hindou.

Jawaharlal Nehru (1889-1964)

Né dans une famille aristocratique de brahmanes du Cachemire, il partit faire ses études en Angleterre à l'âge de seize ans. Doté d'une aisance naturelle, il revint en Inde après sept années agréables, occidentalisé. Ayant eut sa candidature refusée dans un club britannique à cause de son origine indienne, il rejoignit le parti du Congrès et mena la lutte pour l'indépendance qui lui dut la prison à plusieurs reprises. Malgré sa grande admiration pour Gandhi, il était idéaliste, non-croyant et moderniste. Rejetant la partition comme Ghandi, il dut s'y résoudre devant l'intransigeance de Jinnah. Nehru fut le premier chef du gouvernement de l'Inde en 1947.

Muhammad Jinnah (1876-1948)

Né dans une famille musulmane, Jinnah partit faire ses études en Angleterre à l'âge de seize ans. Il revint en Inde avec son diplôme de droit en 1896, métamorphosé en gentleman britannique. Aimant le luxe, intègre, non pratiquant, ayant peu d'amis, il fit une brillante carrière d'avocat. Il adhéra au parti du Congrès dans un premier temps, prônant l'alliance entre hindous et musulmans. Il rejoignit la Ligue musulmane suite à un désaccord avec le parti du Congrès sur la représentation de la minorité musulmane après les élections de 1937. Il fut l'ardent et l'intransigeant défenseur de la partition avec la création du nouvel état le Pakistan. Il mourut de tuberculose en 1948.

Lord Louis Mountbatten (1900-1979)

Issu de la famille royale anglaise, brillant et ambitieux, il choisi une carrière dans la marine. En 1943 à l'âge de 43 ans, il fut nommé par Churchill, commandant interallié pour les opérations du Sud-Est asiatique qu'il mena à bien. Puis en 1947, nommé vice-roi de l'empire des Indes avec comme objectif l'indépendance. Il réunit les différents leaders et face à l'intransigeance de Jinnah, il se résolu à la partition et la création de deux états l'Inde et le Pakistan. Ne manquant pas de courage et de pouvoir de décision, cependant il n'a pas su prévoir l'ampleur des massacres et l'exode massif qui allaient accompagner cette partition.

 

Gandhi_700x435Lord Mountbatten au centre, Nehru à sa droite et Jinnah à sa gauche lors d'une réunion de négociation pour l'indépendance.


La lutte pour l'indépendance

Les velléités d'indépendance coordonnées prennent corps dans l'élite instruite, notamment des avocats, formée par les britanniques. Pour canaliser ces velléités, un fonctionnaire britannique (A. O Hume) eut l'idée de créer une organisation politique indienne qui va jouer un rôle majeur par la suite : le "Congrès national indien".

En 1905, la partition du Bengale en deux entités, provoque des troubles et le boycott des produits anglais par les Indiens, s'en suit une sévère répression. C'est à cette époque qu'est fondée la "Ligue musulmane". Pour freiner l'essor du nationaliste, le gouvernement britannique met en place des assemblées d'élus indiens aux pouvoirs limités, cependant le mécontentement perdure face aux discriminations dont font l'objet les Indiens.

En 1915, Mohandas Gandhi revient d'Afrique du Sud où il a expérimenté des formes de résistance non-violente face à la ségrégation raciale dont sont victimes ses compatriotes. Dans un premier temps, il voyage dans l'Inde profonde pour se rendre compte des conditions de vie déplorables d'une majorité d'Indiens. Pour protester contre l'asservissement qu'ils subissent, Gandhi entreprend des actions de désobéissance non-violentes et des jeûnes, le gouvernement ne sait que répondre que par des emprisonnements des meneurs, par la violence en faisant tirer sur les manifestants comme au Penjab en 1919 ou quelques concessions inadaptées.

1921 et 1922 sont marquées par un mouvement d'ampleur de non-coopération, cependant au grand dam de Jawarharlal Nehru et des dirigeants indiens de ce mouvement, Gandhi préfère stopper le mouvement suite à la mort de 22 policiers en représailles aux tirs de policiers sur des manifestants non armés.

En 1925, création de l'organisation radicale hindou RSS (Râshtriya Swayamsevak Sangh), et celle du parti communiste d'Inde. Deux organisations qui vont faire parler d'elles par la suite.

En 1930, revendication d'indépendance par le Parti du Congrès suivi par un mouvement de désobéissance civile. Quant à Gandhi, il choisit le sel dont le gouvernement a le monopole, comme symbole de la lutte. Il effectue une marche de plusieurs centaines de kms rejoint par de nombreux indiens, pour produire du sel sur la côte du Gujarat. Réactions violentes des autorités avec nombreuses arrestations, ouverture du feu sur les manifestants pacifiques. Une table ronde à Londres avec les principaux leaders indiens de la contestation est un échec.

En 1935, nouvelle loi constitutionnelle (Government of India Act) avec mise en place d'une assemblée bicamérale centrale élue mais aux pouvoirs limités. En 1937, dans les assemblées des provinces aux pouvoirs moins limités, le Congrès l'emporte sauf au Bengale et au Penjab.

Pendant la seconde guerre mondiale, l'Inde se range au côté des Britanniques tout en conservant comme point de mire l'indépendance.

En Angleterre au sortir de la guerre, le gouvernement conservateur de Winston Churchill inflexible sur l'indépendance de l'Inde est remplacé par le gouvernement travailliste de Clement Attlee. L'idée d'indépendance de l'Inde auprès du nouveau gouvernement fait son chemin d'autant plus que des troubles récurrents menacent l'Empire britannique des Indes et que l'entreprise britannique des Indes a cessé d'être rentable.

Par ailleurs, des dissensions sont apparues entre la Ligue musulmane et le Parti du Congrès de Nehru concernant l'ambition de la ligue musulmane à représenter les intérêts des musulmans d'Inde et la revendication à un état indépendant pour les musulmans (L'idée de Pakistan (pays des purs) revient à un étudiant penjabi à Cambridge en 1935). Pour tenter de résoudre ce problème, le gouvernement britannique envisage des corps électoraux séparés pour les hindous et musulmans, ce qui est rejeté par le Congrès car c'est une façon d'admettre l'idée de deux nations distinctes.

En 1946, des massacres collectifs ont lieu entre hindous et musulmans. La situation devient explosive malgré les efforts de Gandhi.

 

L'indépendance en 1947

Au début de 1947, devant cette situation extrême le premier ministre Clement Attlee nomme Lord Mounbatten nouveau vice-roi avec comme objectif mener l'Inde à l'Indépendance. Lord Mounbatten veut aller vite (trop vite ?), il convoque les principaux leaders Gandhi, Nehru et Jinnah. Devant l'intransigeance de Jinnah, il doit se résoudre à la partition de l'empire des Indes en deux pays l'Inde et le Pakistan, au grand désespoir de Gandhi défenseur des hindous comme des musulmans. Cette partition devait entrainer le découpage en deux du Bengale et du Penjab pour former le futur état qui sera formé du Pakistan Oriental et du Pakistan Occidental distant de plus de 1500 kms, une absurdité. L'avenir le confirmera avec la déclaration de l'indépendance du Pakistan Oriental en 1971 sous le nouveau nom de Bangladesh.

Le jour de l'indépendance est fixé au 15 août 1947 à minuit alors que la tracé de la nouvelle frontière n'est pas défini. Tâche qui devait incomber à un juriste anglais Sir Cyril Radcliffe sans expérience des Indes, la frontière devant passer au milieu du Penjab à l'ouest et du Bengale à l'est.

Restait à convaincre les maharajas et les nawabs à perdre leurs prérogatives et à accepter d'intégrer leurs royaumes à l'Inde ou au Pakistan. Contraints et forcés, ils acceptèrent dans une grande majorité, les récalcitrants furent mis à la raison. Ce ne fut pas le cas du souverain hindou du Cachemire régnant sur une majorité de musulmans, tergiversant en espérant l'indépendance. Ce qui eut pour conséquence une première confrontation armée entre les deux nouvelles nations et une partition de fait du Cachemire entrainant un conflit latent.

Pendant ce temps, Gandhi tente de calmer les violences entre hindous et musulmans au Bengale, alors que d'autres massacres ont lieu entre sikhs et musulmans au Penjab.

 

Ce 15 août 1947 fut fêté comme il se doit par les autorités britanniques en Inde, par les hindous et les sikhs d'Inde et les musulmans du Pakistan. Fut un jour d'angoisse et de deuil pour les hindous et les sikhs du Pakistan et les musulmans d'Inde. Que dire des habitants du Penjab et du Bengale partagés par une frontière indéfinie.

On ne peut être effaré par l'incapacité des autorités à définir une frontière exacte avant ce jour d'indépendance et à prévoir l'ampleur des massacres et l'exode massif que la partition allait provoquer. La folie meurtrière devait atteindre les communautés qui vivaient jusque là en bonne entente. Au Pakistan, les sikhs et hindous étaient massacrés, en Inde les musulmans. Selon les estimations 500 000 personnes devaient mourir et près de 15 millions de personnes auraient fui les violences. les musulmans vers le Pakistan, les sikhs et hindous vers l'Inde. Cet exode et ces massacres marqueront durablement les deux nations.

Le Bengale ayant été partiellement épargné par les massacres grâce aux efforts de Gandhi, en septembre ce dernier décida de rejoindre Delhi où le chaos menaçait avec la présence d'une multitude de réfugiés hindous et sikhs.

C'est à Delhi, le 30 janvier 1948 que Gandhi fut assassiné par un extrémiste hindou issu du parti RSS (Râshtriya Swayamsevak Sangh) ce qui eut pour effet d'apaiser les tensions. Quant à Jinnah, il mourut d'une tuberculose à Karachi le 11 septembre 1948. Jawarharlal Nehru fut nommé Premier ministre de l'Inde.

 

Partition_de_l'Inde

 

Conclusion

Rien ne justifie une colonisation. Même si la colonisation britannique a apporté certains bienfaits à l'Inde comme la stabilité, une langue commune, des moyens de transports,... Il ne faut pas oublier que le but premier était l'enrichissement des colonisateurs avec le pillage des ressources. Comme toujours les plus démunis ont payé le prix fort alors que certaines catégories d'Indiens ont trouvé leur propre intérêt.

 

Voir aussi L'histoire de l'Inde en résumé

Et aussi Chronologie de l'histoire de l'Inde

Retour  


Animé par Joomla!. Designed by: joomla templates vps hosting Valid XHTML and CSS.