Le Dieu des Petits Riens d'Arundhati Roy Imprimer
Note des utilisateurs: / 7
MauvaisTrès bien 
Lundi, 09 Janvier 2012 19:38

LeDieudesPetitsRiens_75x125Présentation de l'éditeur : Rahel et Estha Kochamma, deux jumeaux de huit ans, vivent en Inde, entourés de leur grand-mère, Mammachi, qui fabrique des confitures trop sucrées, de l'oncle Chacko, un coureur de jupons invétéré, esprit romantique converti au marxisme pour les besoins de son portefeuille, de la grand-tante Baby Kochamma, qui nourrit un amour mystique pour un prêtre irlandais, et de leur mère Ammu, désertée par son mari, qui aime secrètement Velutha, un Intouchable. Un drame va ébranler leur existence et les séparer.

Comment réagir quand, à huit ans, on vous somme de savoir "qui aimer, comment et jusqu'où" ? Comment survivre quand, après un événement affreux dont on a été témoin, on vous demande de trahir la vérité pour l'amour d'une mère ?

 

 

Un extrait où Rahel huit ans vient de dire une bêtise, sa mère Ammu la réprimande :

"Le Temps s’arrêta soudain sur l’escalier rouge. Estha en fit autant. Baby Kochamma aussi.
- « Rahel! » lança Ammu.
Rahel resta pétrifiée. Elle regrettait désespérément ce qu’elle venait de dire. Ne savait même pas d'où les mots étaient sortis. lgnorait qu’elle les avait eus là, au-dedans d’elle. Mais voilà, ils étaient sortis, et maintenant, elle aurait beau faire, ils ne rentreraient plus jamais. Ils resteraient là, accrochés aux escaliers rouges, comme, des ronds-de-cuir à leurs postes dans un ministère. 
Certains debout, d’autres assis à agiter leurs jambes. 
« Rahel, dit Ammu. Est-ce que tu te rends compte de ce que tu viens de faire ? »
Des yeux terrifiés et une cascade fixèrent Ammu.
« C’est bon, n’aie pas peur, dit Ammu. Mais réponds- moi. Est-ce que tu te rends compte ? 
- De quoi ? dit Rahel de sa plus petite voix.
- Est-ce que tu te rends compte de ce que tu viens de faire ? »
À nouveau, des yeux terrifiés et une cascade fixèrent Ammu.
« Est-ce que tu sais ce qui arrive quand tu blesses les gens ? Ils t’aiment un peu moins, voilà tout. Voilà ce  que peuvent faire quelques mots étourdis. Les gens t’en aiment un peu moins. »
Un papillon glacé, particulièrement velu, se posa délicatement sur le cœur de Rahel. La où s’accrochèrent ses pattes gelées, sur son cœur étourdi, elle eut la chair de poule. De six poules.
Son Ammu l’aimait un peu moins."

Retour